Pier Giorgio et Saint Vincent de Paul

Le 27 septembre, le calendrier liturgique fait mémoire de St-Vincent de Paul.  Né en 1581 à Pouy, dans les Landes, en France, il a été ordonné prêtre à l’âge de dix-neuf ans et il s’est dévoué particulièrement auprès des pauvres. En 1625, il fonda la congrégation des prêtres pour la mission appelée aussi les lazaristes. Puis, en 1634, avec sainte Louise de Marillac,  il créa la compagnie des Filles de la Charité et en 1638, l’œuvre des Enfants-Trouvés.  Il fut un homme d’action, initiateur de l’assistance publique.  Il est mort en 1660, à l’âge de 79 ans et a été canonisé en 1737.

13%20st%20vincent

Source de l’image

      « On peut vénérer Jésus dans un pauvre et pas seulement à l’église »,                  disait Saint Vincent de Paul.

Pier Giorgio tenait les mêmes propos : « Autour des pauvres, je vois une lumière que nous n’avons pas.«   En eux, il voyait Jésus et pour Le servir, il s’est associé à la Société Saint Vincent de Paul.  Lorsque Pier Giorgio faisait des dons aux pauvres, il souhaitait rester discret et il ne voulait pas révéler qu’il était le fils du sénateur Frassati.  Si on lui demandait son nom, il disait simplement que c’était de la part de la Société St-Vincent de Paul.

Aux personnes dans le besoin, Pier Giorgio a donné, sans compter, son temps, son écoute, de l’argent, des vêtements, des médicaments, des vivres et tout cela, avec une attitude aux couleurs de l’Évangile. « Avec lui les pauvres, ont touché la main de Dieu » chante Richard Vidal.

Les 26 et 27 septembre 2004, je marchais sur les pas de Pier Giorgio à Turin et Polone.  Aujourd’hui, je réalise que c’était à l’occasion de la fête de St-Vincent de Paul. Quelle coïncidence! Surtout lorsque je repense à la rencontre fortuite de cet homme serviable à la gare de Milan.

À noter: La Société St-Vincent de Paul, en activité depuis 1848 à Montréal, est un organisme international présent dans 140 pays et dont le nombre de bénévoles est estimé à 800 000. Leurs interventions sont axées sur l’écoute, le soutien et l’accompagnement des personnes les plus vulnérables.

Ils favorisent la dignité, l’autonomie et l’intégration à la collectivité des personnes à travers l’aide alimentaire, des programmes de persévérance scolaire et d’insertion sociale, ainsi que par l’accès aux biens de première nécessité.

En s’inspirant de la charité de Pier Giorgio, nous sommes invités à soutenir toutes les œuvres qui prennent encore soin des démunis dans nos villes.

Références:

  • http://laprovidencedelisieux.fr/saint-vincent-de-paul.html
  • https://www.ssvp-mtl.org/fr/qui-sommes-nous/en-bref/la-societe-de-saint-vincent-de-paul
  • http://trushare.com/0203%20April%202012/13%20Vincent.htm

Visite à la basilique St-Patrick

Après avoir appris qu’une peinture de Pier Giorgio se trouvait à la basilique St-Patrick, je trépignais d’impatience à l’idée d’aller visiter ce lieu de culte. Jeudi le 15 septembre, je me suis rendue à Montréal pour découvrir cet édifice patrimonial exceptionnel et bien sûr, apprécier la reproduction de Pier Giorgio.

En entrant dans la basilique, le premier coup d’œil m’a émerveillée. Cette église néo-gothique est un chef d’œuvre réunissant plusieurs éléments artistiques intéressants: des grandes colonnades effilées, une chaire splendide, des éléments de maçonnerie sculptés, des vitraux et rosaces colorés, un orgue Casavant aux sonorités impressionnantes, les stations du chemin de croix peintes sur de grandes toiles puis, les 150 saints et bienheureux peints dans les lambris tout au tour de la nef.

 20160915_151927-copie

En suivant les indications reçues par la sympathique réceptionniste du presbytère, je me suis rapidement retrouvée devant la peinture de Pier Giorgio qui se démarque parmi les autres qui l’entourent.  Une douce lumière  émane de la toile et attire immédiatement le regard.  Pier Giorgio est représenté avec un style moderne qui contraste avec les peintures voisines et son allure décontractée me rappelle une rencontre inoubliable à la gare de Milan.  Une ressemblance dans l’attitude qui est époustouflante!

    20160915_145511    20160915_144536-copie

Sa situation dans la basilique est éloquente. À Turin, dans l’église de la Crocetta, là où Pier Giorgio se rendait quotidiennement à la messe, il s’assoyait toujours à droite de l’autel.  Ici, la peinture se situe aussi en avant, à droite de l’autel, non loin de la Présence eucharistique si chère à son cœur.

20160915_154457

De plus, dans le même ensemble comprenant six tableaux, se trouve St-Jean Baptiste, (c’est le nom de la cathédrale où Pier Giorgio repose à Turin). Puis, on découvre St-Paul dont Pier Giorgio s’inspirait et qu’il a cité à plusieurs reprises dans ses écrits en 1925.  Sur ce mur se trouve aussi la peinture de St-Vincent de Paul à l’origine d’une œuvre à laquelle Pier Giorgio s’est associé ainsi qu’une reproduction de la Sainte-Face qui est conservée dans la même cathédrale où Pier Giorgio repose à Turin.

  20160915_152701 20160915_152518

Pendant plusieurs minutes, j’ai scruté la toile.  J’étais attirée par son regard, qui est à la fois doux et puissant. Je ne pouvais y rester indifférente. Assise dans le banc, le plus près de lui, longtemps je lui ai parlé, surtout pour lui dire merci pour sa douce présence dans ma vie!

20160915_144810

Alors que je visitais l’église, un homme visiblement démuni, s’est approché pour me demander l’aumône. Il n’est pas fréquent que je me sente autant interpellée à donner une obole.  Là, tout près de celui qui a été un maitre en ce qui concerne la charité envers le pauvre… C’est à sa suite que j’ai donné quelques dollars accompagné de mon sourire et dans mon cœur, je l’ai présenté à l’intercession de Pier Giorgio.

En cette splendide basilique Saint-Patrick, je reviendrai me déposer et me laisser rejoindre par Pier Giorgio qui nous entraine toujours plus haut!

Pour découvrir davantage la basilique, je vous invite à visiter ces pages et bien sûr, à vous rendre sur place!

Photos de la basilique

Visite guidée audio

Pier Giorgio à Montréal

Ce 10 septembre, mon ami Guy Simard, qui écrit un blogue intitulé « Dieu ma joie » a fait une formidable découverte.  À Montréal, se trouve la basilique St-Patrick.  Son intérieur est notamment orné de 150 portraits de saints, tous peints à l’huile, dans les lambris d’appui entourant la nef. Parmi eux, surprise: une peinture de Pier Giorgio!

20160915_144536

J’ignorais totalement l’existence de cette représentation au Québec.  Mais plus encore, la vue de cette peinture me rappelle mon premier voyage en Italie en septembre 2004 et plus précisément une rencontre fortuite qui a eu lieu  à la gare de Milan.  (cliquez sur le lien pour avoir les détails de l’anecdote).

En résumé, à la gare, je tentais, en vain, de téléphoner à la personne qui devait guider ma balade sur les pas de Pier Giorgio.  Tout près du téléphone, se tenait un homme, appuyé sur le mur, les mains dans les poches. Il était là, sans nulle autre raison semble-t-il que de vouloir me porter secours: « Je parle italien et français, est-ce que je peux vous aider? » Et grâce à ses interventions, j’ai pu communiquer avec la personne qui m’attendait à Turin.

En regardant cette présente peinture, je suis époustouflée de constater la ressemblance avec la scène que j’ai vécue le 26 septembre 2004. Ça me fait sourire! Sincèrement, je crois que la Trinité et les saints sont près de nous plus qu’on puisse l’imaginer! Douze ans après cet événement, je rends toujours grâce à Dieu!

Cette belle basilique de style néo-gothique, classée édifice patrimonial, se situe au 460, boulevard René-Lévesque Ouest, au centre-ville de Montréal. Bientôt, je me ferai un plaisir d’aller la visiter et je vous invite à faire de même! Merci Guy de m’avoir partagé cette joyeuse trouvaille!

Voici le lien pour consulter le blogue de Guy:  Dieu ma joie

Coïncidence ou Providence?

Samedi le 27 août, dans une station du métro de Montréal, j’ai perdu mes clés de voiture et de maison. Lorsque je m’en suis rendue compte, plusieurs km étaient déjà parcourus; il ne servait à rien de rebrousser chemin, de nombreuses personnes étaient déjà passées derrière moi.  Heureusement, j’avais un double qui pouvait me dépanner mais j’espérais vraiment récupérer ce trousseau, surtout pour la clé d’auto qui permet de déverrouiller les portières et le coffre arrière et une reproduction de cette clé particulière coûte environ 100$.

Durant le week-end, il est impossible de rejoindre le bureau des objets perdus à la Société de transport et, dans une ville de 2 millions d’habitants, comment savoir si une personne les avaient récupérées?

Sur mon porte-clefs, j’ai un Tiny Saint (un objet un peu humoristique représentant un saint ou une sainte) de Pier Giorgio Frassati .

              01  cropped-frassati.jpg

En pensant à cette petite breloque, j’ai eu l’idée de demander à ce Bienheureux que je chéris de s’en occuper!

Puisque je n’habite pas à Montréal et que je devais retourner dans mon coin de pays, j’ai demandé à l’ami montréalais qui m’accompagnait d’aller au métro en début de semaine de vérifier si mes clés étaient retrouvées.   Mardi, rien n’avait encore été rapporté. J’étais un peu découragée me disant que je les avais peut-être égarées durant ma balade à vélo, avant d’entrer dans le métro, ce qui rendait la recherche encore plus ardue.

Pier Giorgio est pour moi un ami à qui je parle de tout ce que je vis, il est un réel compagnon de route. Dans cette situation qui se compliquait, je lui ai demandé de m’éclairer sur ce que je devais faire pour retrouver ces clés dont j’avais vraiment besoin.

Dans les cinq minutes qui ont suivies, j’ai eu une soudaine inspiration.  Sur Facebook,  il existe une page appelée « Spotted »  où des gens inscrivent des messages anonymes et ajoutent des photos pour signaler soit un événement inusité, une personne recherchée, un objet trouvé, etc. Il y a « Spotted STM » qui concerne le métro de Montréal.  En faisant une recherche rapide, j’ai immédiatement vu cette photo:

14141650_1789120388002066_8299762575897412687_n

J’en avais le souffle coupé! Trois jours après avoir perdu ces clés, je les voyais telles quelles, avec le petit Tiny Saint accroché à l’anneau.  Wow! Et le message disait: « Trouvé samedi au métro Angrignon.  Elles doivent être encore au bureau du changeur ou à la station Berri aux objets retrouvés. »  Le lendemain, mon ami est allé à Berri, il a récupéré les clés et je les ai en ma possession présentement.

Est-ce une coïncidence? Je ne le pense pas. C’est Einstein qui disait, qu’une coïncidence, c’est la signature de Dieu lorsqu’il veut rester anonyme!

Si nous croyons que les saints nous accompagnent et qu’ils peuvent intercéder pour nous dans le quotidien, c’est pour toute chose qui a de l’importance, même pour des clés égarées. N’invoquons-nous pas spontanément St-Antoine pour les objets perdus?  Au début, je croyais cette anecdote futile, mais la joie qui m’habite et l’émerveillement qui monte en moi chaque fois que je prends mes clés me font croire que c’est dans des événements simples que Dieu se manifeste.  Au jour le jour, nous pouvons voir la trace de son passage en restant attentif à ce que je me plais à nommer « ClinDieu« . Dans cet événement, j’ose croire que c’est une réelle action de la Providence et que Pier Giorgio y a joué un rôle.

Les objets à l’effigie d’un saint ne sont pas des talismans magiques mais ils nous aident à penser de nous confier à leur intercession. C’est ce qui s’est passé dans cet événement et je dis merci!  Auprès des maîtres spirituels, j’ai appris que lorsque la joie et la paix nous habitent, ce sont des fruits de l’Esprit Saint.  Cette anecdote me rend joyeuse et paisible!

Alors, n’hésitons pas à confier nos besoins aux saints qui prient pour nous afin de conjuguer nos efforts à la Providence, comme le chante Robert Lebel dans le chant: Je veux faire de ma vie!

Conférence à Trois-Rivières

Il me fait plaisir d’annoncer que j’animerai une soirée d’informations sur Pier Giorgio à la Maison la Madone à Trois-Rivières le jeudi 13 octobre, de 19h à 21h.
Inscription 10$ au numéro de téléphone: 819-375-4997
Partager l’informations sans restriction!
Voici la publication de cet événement:
Lors d’une conférence dynamique, découvrez la vie sainte d’un jeune homme lumineux! Pier Giorgio Frassati a vécu 24 ans, de 1901 à 1925, dans le nord de l’Italie. Laïc célibataire, sportif et enjoué, il est celui que le Pape Jean-Paul II a présenté comme l’homme des huit béatitudes. Cet alpiniste passionné de Dieu, qui s’engageait auprès des jeunes et des pauvres, nous entraine à monter toujours plus haut dans la vie humaine et spirituelle. Son témoignage permet de réaliser que nous sommes tous appelés à la sainteté!
maison-de-la-madone

Maison La Madone

(secteur cap de la Madeleine, face au Sanctuaire)

10 rue Denis-Caron
Trois-Rivières, Québec
G8T 3W9

Téléphone: 819-375-4997