Sa biographie

En résumé

Sourire1Né le 6 avril 1901, à Turin en Italie, fils de sénateur, Pier-Giorgio Frassati est, dès l’enfance fasciné par Dieu! Il puise dans l’Évangile son souci de la justice et son intérêt à prendre soin des pauvres, des malades et des marginaux. Chaque jour, « le Christ le visite dans l’eucharistie et il Lui rend visite en aidant les gens démunis ».

Ce laïc célibataire témoigne de la présence de Dieu grâce à sa foi qui n’a rien d’austère. Pourvu d’une grande simplicité, Pier-Giorgio incarne l’équilibre entre la prière et l’engagement. Avec ses amis, il organise des randonnées à la montagne et pratique l’alpinisme. En tout, il souhaite monter toujours plus haut!

Au chevet d’un malade, il contracte la poliomyélite, qui en 6 jours, entraîne sa mort, le 4 juillet 1925, à l’âge de 24 ans. Ce n’est qu’à ce moment que ses proches réalisent tout le bien qu’il a fait, discrètement, au nom de sa foi. Le pape Jean-Paul II le béatifie le 20 mai 1990, lui qui l’avait déjà présenté comme l’homme des huit béatitudes, le 27 mars 1977, il le nomme patron des sportifs et des Journées mondiales de la jeunesse.

Découvrez-en plus sur Pier Giorgio!

Ses origines

infanziaPier Giorgio nait le Samedi Saint 6 avril 1901, à Turin dans le Nord de l’Italie, aux pieds des Alpes.

À sa naissance, suite à une asphyxie importante à la naissance, il est ondoyé le jour de  Pâques Pietro Giorgio Michelangelo. Son baptême officiel a lieu le 5 septembre 1901.

Son père Alfredo Frassati est né le 28 septembre 1868. Cet homme, d’une grande intelligence, est avocat et il fonde un important quotidien toujours existant: La Stampa. À cette époque, il en est le directeur et le rédacteur en chef. En 1913, il devient le plus jeune sénateur du pays et par la suite, ambassadeur de l’Italie à Berlin de 1920 à 1922. Alfredo se dit agnostique et sa vie est principalement vouée à ses occupations professionnelles. Pour son fils, il ressent à fois admiration et gêne, il espère qu’un jour il lui succèdera à la direction du grand Quotidien.

Sa mère Adélaïde Ametis est artiste-peintre qui se démarque avec son art. Femme exigeante, ferme et rigoureuse. Elle pratique la foi catholique par convention, critique souvent l’Église et s’oppose aux pratiques religieuses de son fils.

Le premier enfant de la famille, sa soeur Elda nait 2 ans avant Pier Giorgio mais elle décède à 8 mois. À la naissance de Pier Giorgio, sa mère qui aurait préféré une fille l’élève comme une fillette, elle l’habille et le coiffe ainsi.

Pier Giorgio grandit dans une famille de la haute bourgeoisie aux côtés de son unique soeur, un an sa cadette, Luciana. Ensemble, ils vivent une grande complicité et Pier Giorgio sera peiné de son éloignement lors de son mariage en 1925 avec un diplomate polonais.

Luciana_Frassati_GawronskaLuciana vit jusqu’à 105 ans, elle consacre une grande partie de son existence à mettre son frère en lumière et publie de nombreux ouvrages sur la vie lumineuse de pier Giorgio.

Merci Luciana!

 

 

 

Haut de page

Sa vie intérieure

Dans sa petite enfance, Pier Giorgio est saisi par la vie du Christ qu’il approfondit lorsqu’il étudie à l’école des Jésuites.  Déjà à 12 ans, son père spirituel lui propose de communier quotidienne et  ce qu’il fera jusqu’à son dernier souffle.

Crocetta-Turin-550x412Lorsqu’il est à Turin, il se rend quotidiennement à l’église paroissiale Notre-Dame des grâces (Beata Vergine della grazie en Italien) dans le quartier de la Crocetta. Celle-ci est sobre à l’extérieur, mais somptueuse à l’intérieure.

PlaqueCette plaque est apposée près du banc où, chaque jour il reçoit le Pain de Vie  qui lui donne son énergie pour aller servir les plus démunis. Ses paroles à ce sujet sont éloquentes:

« Jésus me rend visite chaque jour dans l’eucharistie et je Lui rend humblement visite en visitant les pauvres ».

Lorsqu’il passe du temps à la maison de campagne, à Pollone, il se rend à la messe au sanctuaire alpin Notre Dame d’Oropa.

OropaAereaPour ce faire, à l’insu de sa famille, tôt le matin, il se fait réveiller par le jardinier grâce un fil attaché soit à un meuble, soit à son bras.

Il parcourt les 6 km de route sur 600 mètres de dénivellation et revient discrètement pour le petit déjeuner familial.

 

 

consolataOropamariaschiavonaSa prière est souvent tournée vers Marie alors qu’il récite son Rosaire seul ou avec ses amis. Il aime la vierge noire du sanctuaire Oropa de même que l’îcone  de la vierge à l’église de la Consolata.

Et devant le Saint-Sacrement, il passe de longues heures nocturnes.

Enfin, la Montagne représente un sanctuaire pour rencontrer Dieu comme Moïse à l’Horeb , Élie au Carmel et Jésus au Thabor!

Sa vie intérieure se lit aussi à travers les nombreuses lettres qu’il a écrit à sa famille et à ses amis.

Retour en haut

Athlète infatigable

SAM_1447Dès l’âge de 8 ans, avec sa mère, Pier Giorgio est initié aux joies de la montagne. Avec sa stature de montagnard, il se plait à faire de l’alpinisme et franchit des sommets de plus en plus haut. La montagne le passionne, elle lui permet de  relever des défis, ce qu’il fait sans être téméraire sachant que la moindre  imprudence peut lui être fatale. Ici, il est bien encordé à Rocca Stella.


Plusieurs autres sports font aussi partie de son quotidien:  le vélo, la randonnée, la natation, la voile,  l’équitation, l’escrime, le ski, etc. Ici, il fait partie d’une compétition de ski à Sauze d’Oulx.


cropped-004.jpg

Le 7 juin 1925, quelques jours avant sa maladie qui lui sera fatale, il escalade la face la plus abrupte de La Lunelle. Sur cette photo, il écrit lui-même: Verso l’alto : Vers le haut!

Lorsqu’il le béatifie, Jean-Paul II le nomme patron des sportifs.

 

Retour en haut

Sa charité

Avant même son entrée à l’école, Pier Giorgio est seul à la maison avec les domestiques lorsqu’une mère, tenant un enfant dans ses bras, frappe à la porte pour demander l’aumône. N’ayant pas d’argent à lui donner et ému devant l’enfant qui a les pieds nus par temps frais, Pier Giorgio s’assied par terre, retire ses bas et ses souliers, puis les tend à la dame.

Ce premier geste de charité est suivi de nombreux autres et ce, jusqu’au jour de son décès où les derniers mots qu’il écrit concernent des médicaments à porter à une famille dans le besoin.

Toujours disponible à rendre serviceSensible à la misère, il multiplie les actes de générosité. Il quitte le matin en tramway et revient à pieds après avoir donné son billet de retour à un pauvre. Il rentre le soir à la maison, en chemise, après avoir donné sa veste à une personne qui avait froid.

Membre de la Société St-Vincent de Paul, il fait la cueillette de matériel pour les gens moins nantis : vêtements, nourriture, médicaments, meubles, etc.   Pour certains, il collabore à trouver un appartement ou un travail.  Et lorsqu’il fait un don, c’est au nom de l’Organisation, taisant son identité de fils du Sénateur Frassati.

Parcourant les quartier insalubres et visitant l’hospice du Cottolengo (ci-dessous) où il apporte non seulement des biens mais des soins et du réconfort.

Piccola_Casa_della_Divina_Provvidenza_Torino

« Autour des pauvre, je vois une lumière que nous n’avons pas » disait-il. Parfait accomplissement de la parole en Mathieu 25, 36 « J’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !”           

En montagneCette même sensibilité à l’autre se remarque lors de ses sorties en montagne.  Si un ami ressent de la fatigue, il se porte volontiers pour porter son sac et au besoin, il porte une personne sur ses épaules. Il va jusqu’à dire qu’il a besoin d’une pause pour éviter à ceux qui trainent de se reposer un peu.

Premier de cordée, il peut donner l’élan nécessaire à celui qui peine durant la montée. De même dans notre vie spirituelle, il est le premier qui nous tire en avant quand c’est dure!

 

 

Retour en haut

Sa joie de vivre

SAM_1444Pier Giorgio se caractérise par une personnalité enjouée.  Il s’entoure de nombreux amis.  Gai-luron, il sait faire rire et se plait à taquiner ceux qu’il côtoie.

Partout où il passe, Pier Giorgio sème sa joie!  Dans la ville de Turin, son sourire est devenu proverbial.  Selon lui, un chrétien se doit d’être joyeux!

Il aime aussi chanter même s’il chante faux!  À son décès, certains diront: « Il est mort celui qui chantait toujours. »

Blessed-Pier-Giorgio-laughingwithcigar

En certaines occasions, on le surnomme: Fracassati tellement il est un bout-en-train bruyant qui ne passe pas inaperçu! Avec ses amis, il crée « La Société des types louches ».  Les membres de cette petite association nouent des amitiés spirituelles, jouent des tours, organisent des excursions dans les Alpes et rendent service aux pauvres.

 

Retour en haut

Sa vocation

Adolescent, alors qu’il étudie chez les Jésuites, il songe à devenir prêtre, idée que sa mère rejette totalement. Il choisit alors de devenir prêtre de coeur en étudiant pour devenir ingénieur dans les mines de charbon.

compagniatipiloschiSon coeur est aussi conquis par une jeune fille, Laura Hidalgo.  Mais il ne lui avoue jamais son amour car cette orpheline, issue d’un milieu défavorisé, n’aurait pas reçu bon accueil à la maison.

C’est donc comme laïc célibataire que Pier Giorgio vit pleinement  son engagement chrétien.  En 1922 , il s’est joint au tiers-ordre dominicain.

Retour en haut

Ses dernières heures

Alors qu’il termine son diplôme d’ingénieur des mines, des douleurs musculaires font irruption dans la vie de cet homme de 24 ans, robuste et athlétique. Rapidement, les malaises se multiplient: fatigue, faiblesse, maux de tête, fièvre, difficulté à se déplacer.

Alors que sa grand-mère maternelle s’éteint dans la chambre voisine, Pier Giorgio tolère en silence les douleurs qui l’accablent. Ce n’est que deux jours avant son décès que la situation précaire sera observée par ses proches et le médecin rapidement appelé à son chevet ne pourra pas freiner la progression fulgurante de la poliomyélite dont il est atteint.

« Le jour de ma mort sera le plus beau jour de ma vie » disait-il, mais malheureusement ce jour viendra prématurément alors que ce bel homme se destinait à une vie et une carrière fructueuse.

Mort

Dans la ville, la nouvelle de son décès se propage rapidement: le Saint de Turin est mort. Au grand étonnement de sa famille, de nombreuses personnes viennent rendre un dernier hommage à Pier Giorgio et le matin de ses funérailles, une foule composée majoritairement des pauvres qu’il a aidé accompagne le cortège.

SAM_1430

Retour en haut

Sa béatification

WEBJP2atexhibit-copy-1Le 27 mars 1979, le futur pape Jean-Paul II, à ce moment cardinal Karol Wojtyla de Cracovie présente Pier Giorgio comme l’homme des huit béatitudes alors qu’il s’adresse à des universitaires.

Le 31 mars 1981, lors des démarches vers la béatification, selon les procédures habituelles, la tombe où repose Pier Giorgio, au cimetière de Pollone, est exhumée.

Fait étonnant et exceptionnel, près de 56 ans après son décès, son corps est retrouvé intact.

Le 20 mai 1990, sur place St-Pierre au Vatican, le pape Jean Paul II élève Pier Giorgio aux rangs des Bienheureux et le nomme patron des sportifs.  De plus, il place les JMJ (Journées mondiales de la jeunesse) sous son patronage.

Béatification

Consultez l’homélie du pape traduite en français en cliquant ici.

Le corps de Pier Giorgio repose maintenant dans une chapelle latérale gauche, à la cathédrale St-Jean Baptiste de Turin.

070 piergiorgio   071 tombeau

Dans certaines occasions, des reliques d’un Saint peuvent voyager dans le monde.  En 2008, lors des JMJ à Sydney en Australie, c’est non seulement une relique mais le tombeau de Pier Giorgio y a été transporté.  Et, il est actuellement annoncé que le même grand privilège aura lieu aux JMJ de Cracovie en 2016.  Quelle chance pour les millions de jeunes qui auront la possibilité de vénérer ce modèle pour la jeunesse!

Poursuivre mes découvertes:  Sa béatification

Retour en haut